mardi 14 août 2018

Colocataires malgré nous







Maison d'éditions : Hugo Roman

Auteure : Penelope Ward

Nombre de pages : 313

Étoiles :  4.7 /5



R é s u m é 


Justin et Amélia sont amis depuis l’enfance. Ils ont même été amoureux à l’adolescence. Ils ont passé toutes leurs vacances dans la maison de la grand-mère d’Amélia, leurs parents respectifs étant souvent absents.
Quelques années plus tard, ils héritent de la maison.

Amélia, qui est institutrice, décide immédiatement d’aller passer ses vacances dans ce lieu qu’elle aime tant. Elle est loin d’imaginer que Justin a eu la même idée. Il débarque un matin avec sa guitare et sa petite amie Jade. C’est là que les choses vont se compliquer et que les incompréhensions du passé vont ressurgir. La cohabitation va s’avérer plus que difficile.



M o n    a v i s


Je savais que j'allais probablement approuver ce roman, il y avait aussi un petit doute dans ma tête, mais ça, c'est uniquement dans des petits bouts. Au final... J'approuve absolument ! Hormis les bouts de sexualité, j'ai complètement dévoré le livre. La première moitié, j'étais totalement absorbée. Passé un peu la deuxième moitié, j'ai été un peu plus lentement sur la lecture (ce qui est en général la même situation pour plusieurs romans), mais la fin... Disons que je n'avais plus envie de m'arrêter, même si je devais me coucher xD 

L'histoire m'a un peu fait penser à Jamais Plus, de Colleen Hoover. Par conséquent, le passé était différent, c'est certain, mais j'ai retrouvé quelques petits trucs qui avait une ressemble (pour moi) avec le roman de Colleen. Puis, justement, j'ai apprécié que ce soit à peu près dans le même genre, parce qu'encore une fois, c'est une histoire qui m'a touchée. 

Justin, je n'étais pas folle de son personnage au début, surtout que j'ai cru qu'il serait infidèle envers les autres (surtout ses petites amies), et qu'il serait du genre à se foutre un peu du monde autour de lui... Ça m'a étonnée, mais je l'ai beaucoup aimé. En plus, avec Bea (je dis son nom, mais je ne préciserai pas qui elle est pour ceux/celles qui ne l'ont pas lu !), je le trouvais tellement mignon. En particulier vers les derniers chapitres, lorsqu'il se confit, wow ! J'en ai même versé quelques larmes. 
Du côté du personnage d'Amelia, elle n'avait rien d'extravagant, mais je l'ai trouvé extrêmement courageuse, et pour être honnête, je n'ai même pas envisagé qu'elle le serait (vous comprendrez le "le" en le lisant) en allant à l'hôpital. 

Colocataires malgré nous, c'est une lecture émouvante, touchante, et surprenante pour certains (parce que beaucoup envisagerait à l'avance). C'est également une histoire qui peut facilement rejoindre ceux qui ont déjà vécu quelque chose de similaire. Quant à l'épilogue, bon, j'admets que c'est le type "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", comme les fameux contes de fées, mais , bizarrement, ça ne m'a pas dérangée, même que j'ai préféré ça à une fin merdique ! 

En tout cas... Bordello que c'était bon 😍 Même si ce n'est pas une histoire hyper romantique de chez romantique, pour les amoureux de lecture touchante, celle-ci, je vous la conseille, et n'hésitez pas également à vous plonger dans Jamais Plus, comme j'ai dis plus haut, qui est un récit un peu similaire sur certains petits trucs ! 


Merci d'avoir lu ma chronique et je vous dis à la prochaine ! Et pour l'instant , je vous souhaite d'agréables moments de lecture  😄

lundi 6 août 2018

Follow Me Back, tome 1






Maison d'éditions : Collection R

Auteur : A.V Geiger

Nombre de pages :  Epub >285   Format papier > 358

Étoiles :  4.8/5




R é s u m é 


Follow me. Love me. Hate me.

#EricThornObsessed


Agoraphobe, Tessa Hart ne parle à presque personne au quotidien, exception faite des réseaux sociaux où elle nourrit sa passion pour Eric Thorn, le prodige pop-rock de sa génération. Prenez-la pour une folle si vous voulez, mais il est le seul qui semble la comprendre, alors même qu'ils ne se sont jamais rencontrés...

Pris au piège entre son contrat et des fans envahissants au point de lui faire craindre pour sa vie, Eric se crée un faux compte Twitter pour troller l'un de ses plus gros followers, @TessaEric. Au lieu de ça, la relation qu'ils tissent sur Twitter dépasse vite tout ce qu'ils auraient pu imaginer. Et lorsque les deux se donnent rendez-vous dans la vraie vie, ce qui aurait pu être la plus belle rencontre de tout les temps vire au cauchemar...




M o n    a v i s



Je suis charmée par tout ce qui me surprend, et ce premier tome en a fait vraiment le même effet !
Au départ, j'étais à moitié certaine d'aimer, mais plus que j'avançais, plus que je trippais ET capotais... Surtout avec l'interrogatoire !! 😱 J'ai trouvé la fin originale, parce que ça termine sur une fin pas hyper troublante ou capotante, mais assez pour qu'on veuille en connaître la suite, et parce que ça se termine avec les enquêteurs. Qu'est-ce que je trouve super avec cette série, c'est que oui, c'est très bon, et ça permet de mieux comprendre quand on est du côté de l'histoire à la version de Tessa et d'Eric, mais aussi, dans l'interrogatoire, c'est bien souvent là qu'il y a le plus de suspens. 

Ce que j'ai également bien apprécié, c'est que ça reflète incroyablement la société dans laquelle on vit, avec les réseaux sociaux. Bon, c'est certain que ça se "joue" avec Twitter, dans le roman, mais c'est pratiquement la même chose pour Facebook ou Instagram. Puis, sérieux, pour les fans qui écrivaient à @EricThorn, non mais, omg... C'est fou à quel point sont débiles ! Le pire, c'est qu'en réalité, c'est à peu près une situation identique, sans exagération. L'auteure a fait une parfaite réflexion (miroir-miroir) de ce monde réel, pis je la félicite 👏! 

Pour ce qui est de la maladie de Tessa, l'agoraphobie... Ça fit très bien avec l'histoire, honnêtement! 
Ça doit être vraiment dur de s'en débarrasser (oui, j'ai fais un petit tour sur Google pour connaître la signification, mais bon, je suis sûre que je ne suis pas la seule 🙈), mais presque aussi taugh que de dealer avec. 

Le docteur Rogan, la psychiatre de Tessa, j'avoue que je comprends pas trop en quoi elle l'aidait. J'accorde qu'elle lui ait venue en aide pour ses exercices de respiration, mais sinon... On dirait qu'elle faisait pas grand chose. En plus, à une certaine scène, je m'étais fais une petite hypothèse comme quoi elle aurait pu revenir pis aider Tessa, mais finalement... pentoute. Je ne sais pas si on la revoit dans le tome 2, mais j'espère qu'elle saura venir un peu plus en aide à Tessa !

Je me suis mis quelques petites notes qui m'ont "sauter dans la face", je vais en énumérer 2 ou 3 :

1) Le chapitre 3 : "Follow Spree", juste le titre, je me suis dis "Wtf?". Je trouve le concept absolument con et inutile. Pourquoi se suivre sur les réseaux sociaux juste pour le "follow", et pour rien d'autre ? Je comprends même pas la première personne qui a commencé ce concept. Mais dans le roman, j'ai trouvé intelligent de l'avoir intégré !

2) Le chapitre 5 : "On efface tout et on recommence", quand l'auteur écrit (je ne sais pas si c'est Tessa qui se dit ça ou non) : " "Me gonfler grave ?" Ces mots lui font l'effet d'une gifle. Ça n'a rien d'amical, ça. Pourquoi Twitter fait-il ressortir chez certaines personnes leur plus mauvais côté ?" À quel point c'est vrai ! Pis pas seulement avec Twitter, encore une fois , on dirait que les gens se permettent 10x plus d'être méchant, c'est absurde... 

3) Le chapitre 29 : "Pas si fan que ça" , Éric est tellement cute quand il essai de faire réaliser à Tessa que leur relation est bel et bien vraie. Mais il est pas assez cute pour qu'il soit dans ma liste de boyfriendbook 😂🙈 


Pis, honnêtement, je le conseille à tout le monde... Bein, sauf, aux plus jeunes, mais ça fait réellement dé-focaliser sur ce que les réseaux sociaux ne sont pas pour vrai. J'espère que vous me suivez xD Avec la fin, en tout cas, j'ai hâte au deuxième tome ! 

* Merci Annabelle de m'avoir conseillé Follow Me Back 💕😁*




Merci d'avoir la ma chronique, et je vous dis à la prochaine ! Et pour l'instant, je vous souhaite d'agréables moments de lecture  😃




vendredi 27 juillet 2018

La vie (aussi pas mal) compliquée de Jeanne O' Reilly-Sauvé





Maison d'éditions : Les Malins

Auteure : Catherine Girard-Audet

Nombre de pages : 464

Étoiles : 4.7 / 5



R é s u m é


Jeanne décide de commencer un journal intime pour passer le temps durant son voyage familial en Gaspésie et son camp d’immersion de tennis en Ontario. Elle va en profiter pour essayer de comprendre pourquoi elle n’a pas l’air d’avoir les mêmes champs d’intérêt que ses amies et la raison pour laquelle elle a si hâte d’être une adulte. 
Étant enfant unique, elle est indépendante et elle sait où elle s’en va. Elle n’a jamais vraiment eu envie d’avoir un amoureux jusqu’à ce qu’elle rencontre Nicolas. Le garçon qui lui chavirera le coeur, lui fera réaliser qu’elle est au fond comme toutes les filles de quatorze ans, et qui viendra lui faire vivre tous les hauts et les bas d’un premier amour. 




M o n   a v i s


Ce hors-série sur Jeanne m'a juste totalement confirmé mon amour pour elle et fait l'aimer davantage ! 
Pourquoi j'aime tant ce personnage ? Parce que... 1) elle se complique tellement moins la vie que les autres personnages féminins et 2) je m'identifies beaucoup à elle.

Une des raisons qui m'a donné extrêmement hâte de le lire avant-même sa sortie, c'est que Jeanne est un personnage vraiment indépendant, puis ça, ça me rejoint énormément !
Et pour ce qui est qu'elle ne veut pas de chum, sur ce point, comme pour le côté indépendant, on est pratiquement pareil. Autant que ça doit être le fun, comme dirait une de ses trois compagnes de cabanã, mais je ressemble à Jeanne pour ça.

Contrairement à Jeanne, je ne suis pas enfant unique, même que je suis la "benjamine" de ma famille, mais sur certaines choses, je lui ressemble beaucoup. Je trouve ça assez touchant et cool qu'elle soit aussi proche de ses parents, et qu'elle préfère passer ses soirées avec eux plutôt que dans des party. (Mis à part, moi, à part des party de famille, je suis allée à un ou deux party. Pis le pire, c'est qu'un des deux était pas vraiment un party en réalité, parce que c'était juste à peine quelques jours chez une de mes anciennes amies du primaire pis c'était plus une invitation à aller là-bas qu'autre chose hahaha. La deuxième, bien... C'était un party de fête d'une "voisine" en arrière d'un autre voisin, mais auquel je connaissais absolument personne à part un peu notre "voisine", évidement 😂😅 Et finalement, c'était pas mal plate, à part pour le moment où on avait eu un fameux "sac à surprises" chacun 🙊. Bref, c'était une petite anecdote juste comme ça héhé !)

C'est un personnage que j'ai énormément eu de plaisir à lire son histoire. Je ne sais pas réellement si, comme Jeanne, j'ai été indépendante dès mon enfance, mais ça fait longtemps que je le suis.

Petit détail qui m'a étonnée, c'est que, même dans son propre hors-série, Maude a toujours été la bitch qu'on aime pas. Mais curieusement, avec Jeanne, je la voyais dans un angle totalement différent ! C'était même un peu weird haha tellement que je suis habituée à "aimer la détester". Pour une fois (à part avec Kath), elle n'était pas pire, puis même que je me suis surprise moi-même un moment donné à relire le nom pour voir si c'était vraiment elle qui parlait ! Ça m'a fait autant de bien de lire comment Jeanne perçoit les choses, que la façon qu'elle visualise la situation et l'histoire de Maude et son amitié avec cette dernière.

Également, j'ai adoré la suivre dans son "séjour" en Gaspésie et dans son camp de tennis. En fait, je ne me souviens pas si Catherine a déjà mentionné que Jeanne pratique le tennis dans un des tomes de Léa, mais je ne me suis jamais douté qu'elle faisait un sport comme le tennis. Mais je trouve ça très original !

Comme Jeanne, moi non plus je cours pas après les gars. Les filles qui se pomponnent pour un gars... 😒😒😒... rien d'autre à dire là-dessus xD. Parlant de ça, pour ce qui est de Ludo, je peux comprendre sa déception, mais de là à refouler ses émotions sur Jeanne, j'avais de la peine pour elle. Mais sinon, je le trouvais pas siiii pire. Mais, du même fait, je comprends totalement la raison de Jeanne de ne pas vouloir un chum après tout ce qui s'est passé.

Marianne... Sérieusement, même moi, je m'aurais vraiment passé de son commentaire. "C'est toi qui as changé ! Tu pousses comme de la mauvaise herbe !" Jeanne n'est pas la seule à avoir trouvé ces paroles insultantes. C'est très loin d'être un compliment que tu fais à une amie, mettons.



Une chose est sûre, j'étais super excitée quand Catherine a annoncé qu'elle ferait un hors-série sur Jeanne ! 😍😍 J'ai bien hâte de savoir sur qui portera le prochain 🙊 J'ai pas hâte que cette série termine hihi!




Merci d'avoir lu ma chronique et je vous dis à la prochaine ! Et pour l'instant, je vous souhaite d'agréables moments de lecture  😋


Perfect World - tome 1 à 5


(je n'ai pas trouvé une photo de tous les tomes, donc...ouin, #sorrynotsorry)




Maison d'éditions : Akata

Auteure : Rie Aruga

Nombre de pages : je ne les compterai pas, désolée.

Étoiles : 3.5 / 5


R é s u m é 

(tome 1 seulement)


Tsugumi Kawana est une jeune femme de 26 ans qui travaille dans une boîte de design d’intérieur. Lors d’une soirée d’un client tenant une boîte d’architecte, elle va tomber nez à nez avec son premier amour et confident quand elle était au lycée : Ayukawa. La jeune fille semble très vite retomber sous son charme. Mais lorsque ce dernier décide de partir, elle va alors se rendre compte que quelque chose a changé. En effet, Ayukawa est en fauteuil roulant à présent.




M o n    a v i s



Il y a 2-3 ou 4 semaines, j'étais en down de lecture. C'est d'ailleurs pour ça que je n'ai rien posté sur Instagram, et seulement un tag, ici. Mais bon, je reviens peu à peu, et de toute façon, rien ne presse. J'essaie d'y aller doucement et à mon rythme, et je dois dire que ça m'a fait du bien par la même occasion de décrocher. 

Ça n'allait vraiment pas fort côté lecture. J'avais donc pris la décision d'essayer Perfect World, puisque, bien... c'est assez léger et tranquille. Qu'est-ce qui m'a le plus fait accrocher, c'est l'écriture, vraiment, pour un manga... j'ai adoré (je dis tout le temps la même chose, mais je trouve pas d'autres mots... c'est assez frustrant merci!). C'est simple, fluide... Mais avec une petite touche que je n'aurais jamais vu dans des mangas auparavant ! 

Le fait que l'auteur ait choisi de parler d'handicap est venu me touchée, parce qu'il est si rare qu'un auteur de manga ou de roman vienne aborder ce genre de sujet, surtout pour un sujet principal (ou en tout cas, un des sujets principaux?).  

Pour ce qui est question de l'histoire d'amour entre Tsugumi et Ayukawa, on dirait que c'est un peu mignon... Mais sans plus. Je sais que Ayukawa ne veut pas sortir avec elle, parce qu'il a peur de la rendre malheureuse, mais même à ça... ils n'ont pas l'air très amoureux. Je percevais plus leur relation comme des meilleurs amis, mais pas plus loin que ça. Il n'y a pas ben ben de chimie entre eux. Tsugumi avait beau raconter ce qui s'était passé au secondaire (lycée, pour les français!), je sentais pas tant d'amour dans l'air... On dirait qu'un coup passé l'âge adulte, ils ont passé un peu plus à autre chose. Je les trouvais quand même un peu cute à la fin du tome 1, mais c'était encore plus cute Tsugumi pis euhhh... l'autre grand aux lunettes dont-je-me-rappelle-pu-le-nom xD ! 

Puis, pour parler un peu des parents de Tsugumi, sa mère, je n'ai rien à dire en particulier sur elle. Mais, pour ce qui est de son père... Comme, je sais qu'il s'engueule avec elle afin de lui faire remarquer qu'il tient à elle, et qu'il veut seulement la protéger pour pas qu'elle se fasse briser le coeur, mais, seigneur ! Lâche-lui un peu les bottines quand même ! Oui, c'est ta fille et tu veux la protéger, justement, mais... T'sais, c'est une adulte... Donc, même si elle fait des choix épaix (xD), laisse-la 😕. 

Je n'ai pas lu la série jusqu'au dernier tome, donc je ne sais pas si, finalement, les deux personnages principaux se remettent en couple, mais je peux en conclure que de toute façon, ils ne vont pas vraiment ensemble. J'aimerais quand même probablement en connaître la continuité et la fin, mais pour ce que j'en ai lu, j'ai été satisfaite niveau écriture !


De la série en général, je n'ai pas été entièrement comblée et convaincue, mais je n'ai pas été full déçue non plus (ce qui m'a le plus surprise et déçue, c'est la durée de relation de Tsugumi et d'Ayukawa, et leurs sentiments face à l'autre, parce qu'ils ne paraissaient pas très en amour). Donc c'était plutôt moyen, je dirais. Ce n'est pas tout le monde qui aime ce genre-là, mais le seul moyen de voir si on aime ou pas, est évidement comme toujours, d'essayer !




Merci d'avoir lu ma chronique et je vous dis à la prochaine ! Et pour l'instant, je vous souhaite d'agréables moments de lecture  😋




lundi 16 juillet 2018

Tag - Mon rapport à la lecture





Ça fait un petit bout déjà que je n'ai rien posté, et j'ai vu hier un tag sur la chaîne de MH la lectrice qui me tentait beaucoup. C'est un petit tag, donc ça fait un peu changement des tags à 20-30 questions !


LET'S GO !


1) Quel est ton rythme de lecture ?

Un roman de 100 à 300 pages peut me demander minimum 3 jours de lecture. Si je suis captivée, entre 100 et 200, je peux lire ça en une semaine et moins. Ça dépend un peu finalement... Pis, à partir de 300 à 400 pages, c'est certain que ça me prend minimum une semaine ! Je suis une personne qui lit rapidement mais niveau moyen disons. Même un livre d'environ 100 pages ou un peu plus, des fois ça me prend quasi 2 jours ! Donc, mon rythme de lecture n'est pas toujours régulier.


2) Un ou plusieurs livres en même temps ?

Avant, c'est ce que je faisais. Pis à vrai dire, je ne sais même pas vraiment comment je faisais xD Un roman, surtout quand il y a du stock à retenir, c'est déjà assez de juste lire ça tout seul ! Maintenant, je lis un livre à la fois, même si parfois je voudrais en lire plein en même temps puisqu'ils ont tous l'air aussi bons les uns que les autres 🙈 Mais sinon, je dirais que de lire un roman plus une bande-dessinée légère et relaxe, c'est pas si mal ! C'est déjà mieux que de lire 2 ou 3 romans pis d'être mélangé...


3) Papier ou ebook ?

Papier. J'aime les ebook parce que ça dépanne quand tu n'as pas beaucoup d'argent à investir dans les livres, mais ça ne remplacera jamais la sensation d'avoir un roman papier entre nos mains !


4) Relis-tu tes livres ?

C'est certain que je relisais plus mes romans il y a quelques années puisque, justement, on en a tellement découvert au fil du temps. Maintenant, j'en relirais si j'en ai envie, mais j'aime beaucoup découvrir tout les nouveaux univers. Alors, je peux dire que dans les derniers temps, non, je n'en relis pas, mais j'en relirai éventuellement.


5) Quel genre de livre lis-tu principalement ?

Du Young Adult, du fantastique, de la romance... Pis sinon, ça me fait du bien une fois de temps en temps de plonger dans le type "mode vie de tous les jours" 😊


6) Quel est ton rapport avec ta PAL ?

Il y a pas siiii longtemps, genre peut-être 1 an ou 1 an 1/2 je crois... Je me faisais des PAL à chaque mois. Maintenant, j'en fais juste une grande pour l'année, parce que ça me permet de voir ce que j'aimerais peut-être lire au courant de l'année. Sérieux, des PAL à chaque mois... Je trouve ça inutile, asteur. On devrait lire ce qui nous plaît dans le moment, et c'est tout ! 😄

7) As-tu déjà eu une panne de lecture ? Que fais-tu pour t'en sortir ?

Oh que oui, j'en ai eu ! Et pas juste une ! 😅 Pour me sortir de là, c'est devenu moins compliqué qu'avant. J'essaie un roman, si je sens qu'il me plaît pas plus qu'il le faut, et que surtout, si je n'ai pas particulièrement envie de savoir la suite à la fin d'un chapitre, je le lâche presque tout de suite (parfois j'essaie de donner une petite chance) et je passe à un autre. Il y a des gens qui ne sont pas capables d'abandonner un roman même s'ils ne l'aiment pas... Moi, si je ferais ça, j'aurais 2x plus de pannes de lecture de ce que j'en ai déjà eu ! Parce que moi quand ça me plaît pas, je ne suis juste pas capable de continuer.


8) Qu'est-ce qu'un lecteur/ lectrice ?


Cette question est tellement ridicule... xD Genre, sérieusement, qui ne sait pas ce qu'est un lecteur ou une lectrice ? 

Je vais quand même répondre un peu de mon opinion, mais je pense à 99% que c'est (ou pratiquement) la même réponse que tout le monde répondrait : 

Un lecteur (ou une lectrice), est quelqu'un qui a un intérêt, ou une passion pour la lecture. Pis bien... C'est une personne qui s'assoit avec un roman pis qui lit... 😂😂😂😂 Je ne sais pas trop quoi répondre d'autre à ça, t'sais 😛 Comme je dis, quoi donner d'autre comme réponse ? Honnêtement, tout le monde répondrait de quoi de même, hahaha !



Bref, j'espère que ce tag vous aura plu. Vous pouvez également le faire s'il vous intéresse !


On se dit à la prochaine ! Et pour l'instant, je vous souhaite d'agréables moments de lecture  😜

mardi 3 juillet 2018

#MaxBDifferent





Salut tout le monde !

Aujourd'hui, en lien avec la vidéo de MaxBooking, j'avais envie de vous partager en quoi je suis différente, comme chacun d'entre nous.
J'adore l'idée et ça me tiens à coeur.
Si vous n'avez pas encore vu la vidéo de Max, je vous invite à aller y jeter un coup d'oeil, parce que ça en vaut vraiment la peine ! 😊


Alors voilà, je vous laisse à l'article !

...............................................................


Lorsque j'étais petite, j'ai été diagnostiquée et ils ont découvert que j'avais un TTA. Autrement, un trouble de traitement auditif. Chaque fois, les gens pensent que c'est par rapport aux oreilles, mais ce n'est pas le cas. En grosso modo, avoir un TTA, c'est avoir de la difficulté à décortiquer et à comprendre ce qui vient de se dire. C'est aussi avoir de la difficulté à se concentrer sur ce qu'on a à faire ou sur ce que les gens sont en train de dire. Cette difficulté, dans chaque cas, est développée
de façon différente. Dans mon cas, elle l'est beaucoup moins que ma soeur, donc ça ne paraît pas quand on me regarde, puisque ma difficulté est développée plus niveau apprentissage (à l'école). À l'école primaire, les professeurs me donnaient une aide particulière, avec des outils. J'avais du temps supplémentaire pour les travaux, pour les multiplications/divisions, j'avais des petits cartons que je gardais dans mon coffre à crayons, et j'avais un système MF de type walkman. Pour ceux qui ne savent pas son existence, c'est comme des walkie-talkies, avec des écouteurs et un micro pour le professeur (ou la personne qui nous parle). Cette machine, je l'utilisais principalement pour les heures de dictées. Je n'étais moi-même pas vraiment habituée, donc souvent, il fallait que j'y pense moi-même à l'utiliser. Donc, je ne l'ai pas souvent pris. Par contre, je m'arrangais tout le temps pour être le plus près possible du prof. Exemple, au secondaire, pendant que tout le monde accourait et se disputait presque pour les sièges dans le fond des classes, moi, j'avais très souvent le champ libre pour avoir une place dans la première rangée collée à l'enseignant (yeaaah!). Ma soeur et moi, on a même eu le droit à un orthopédagogue... Qui nous a vraiment pas aidées, finalement.
Je ne sais même pas pourquoi il avait choisi ce métier... Mais, ce n'était clairement pas fait pour lui.

Tout le long de mon secondaire (au primaire, il n'y avait pas ça), j'ai été placée dans des classes spécialement faites pour ceux/celles ayant une difficulté. "Adaptation scolaire", ou comme on disait souvent "on est en adapté", pour ceux qui se demanderaient le nom ! La principale différence de ces classes-là, c'est qu'en adapté, on était à notre rythme (j'écris au passé, parce qu'aujourd'hui, on a fini le secondaire)... On ne peut pas dire que c'était plus facile, parce qu'il fallait parfois se botter le cul pour avancer dans nos cahiers, mais si on avait été en régulier, je sais qu'on aurait rushé et qu'on en aurait arraché. Ma mère s'est beaucoup donnée pour ma soeur et moi. Quand les responsables des classements voulaient nous mettre en régulier, ma mère s'arrangeait toujours pour qu'ils arrivent à nous switcher... Parce qu'il n'était pas question que nous allions en régulier, oh que non ! Même que rendue en secondaire 4, je crois, la classe s'appelait "TRANSIT", mais je trouvais que
ça ressemblait drôlement beaucoup au régulier. Parce qu'on avait un prof différent pour chaque matière, quand on avait l'habitude d'en avoir un pour 2 ou 3 matières. Bref, et après on a déménagé, je suis allée dans une autre école, donc j'avais fais à peine quelques mois dans l'ancienne, et dans la nouvelle, je me sentais comme si ce n'était qu'une école de passage. Parce que je n'ai même pas eu le temps de m'habituer suffisamment à cette nouvelle école, puisque j'ai de nouveau changé
d'école xD. Mais cette fois-ci, c'était la dernière pour finir mon secondaire, et c'était une école pour adultes. Honnêtement, pour 1 an 1/2 presqu'environ (j'ai fini officiellement le 7 décembre 2017), c'est LA best école que j'ai eue ! Je pense même que si j'avais pensé à aller là dès l'âge minimum, j'y aurais été. Il y avait pas beaucoup d'élèves à cette école, et même à ça, il n'y avait pas de "gang" comme au secondaire. Je me sentais libre de pouvoir dire mon opinion sur quelque chose quand j'avais envie. J'ai toujours été beaucoup dans ma bulle, mais je trouvais que cette école était comme une famille. Je m'y sentais réellement à ma place.


En plus de ça, je stresse beaucoup dans la vie, donc, ça aussi, ç'a joué un grand rôle dans l'histoire. Ç'a jamais été facile, j'avais parfois juste envie de brailler, mais j'ai réussi à avancer et à passer au travers malgré tout. Avec de l'aide, du soutien, ça rendait le tout moins pire, et j'en remercie grandement et du fond du cœur tout ceux qui ont su m'apporter de l'aide.

Aujourd'hui, je me sens fière de dire que ma difficulté fait partie de moi, et je l'accepte tel quel. Je n'ai jamais été intimidée à cause de ça, et je remercie le ciel, parce que ça aurait très bien pu m'arriver. Au primaire, quand j'étais en 5 ou 6 ème année, et que c'était la première fois que j'apportais mon système MF, je l'ai montré et même fait essayer à plusieurs personnes, et ça m'a fait sourire, parce que (à moins que ce n'était pas le cas pour tout le monde) j'avais l'impression que de cette façon, les autres acceptaient également mon TTA. C'est certain qu'à 10-12 ans, pour les jeunes, je crois qu'ils prenaient
autant ça au sérieux qu'ils trouvaient ça "cool", comme une genre de bébelle (jouet), mais pour moi, c'était une des rares et seules occasions que j'ai eu pour faire découvrir mon trouble à bras ouverts à des gens.

Avant, ma soeur crachait du feu à chaque fois que le monde disait qu'on avait un "problème", ça sonnait comme une insulte à ses oreilles. Il m'arrivait de le dire sans faire exprès, puis maintenant, je ne le dis plus, mais quand ça m'échappe, j'ai moi-même envie de crier. Parce qu'aujourd'hui, moi aussi ça m'insulte. Parce que ce n'est pas de notre faute si on a cette difficulté, on n'a pas choisi de l'avoir.

Être différent, ce n'est pas mal. Qu'on ait un style vestimentaire complètement différent des autres, qu'on ait les cheveux colorés, qu'on ait des manches de tattoos, qu'on ait pas de cheveux, qu'ils nous manquent un membre, et j'en passe... Ça ne fait pas automatiquement de nous une personne méchante. Ça fait juste en sorte que nous sommes tous différents à notre manière, avec nos propres goûts. Et justement, d'être différent nous rend tous uniques, et c'est ça qu'il faut. Si on était
tous pareils, la vie serait beaucoup plus ennuyante. On ne devrait pas avoir peur d'être différent, on devrait accepter notre différence. En l'acceptant et en étant fier, on encourage tout le monde à faire pareil.

Je n'ai jamais été aussi ouverte jusqu'ici à partager ma différence. Oui, je l'ai déjà annoncée dans le "Me connaître", et lorsque j'ai fais le tag des faits sur notre personne sur Instagram, mais je ne l'avais jamais décrite en détails, avec ma propre histoire. Quand j'étais petite, j'avais l'impression que j'étais seule à en avoir une, excepté une couple d'autres personnes, mais aujourd'hui, je sais clairement que je ne suis pas seule. Et justement, maintenant je réalise que je ne l'ai jamais été. C'est juste que le monde remarquaient pas s'il y avait des gens pareils comme eux, avec une différence.

Surtout, restez comme vous êtes, ne changez pour personne. Partagez votre différence avec les gens, ça va vous faire du bien de le faire. Ça va vous donner le sourire, et vous allez en être fier !

#StayWeirdAndunique, comme dirait Maxim Poulin, alias Maxbooking, celui qui a créé le hashtag #Maxbdifferent :) !


Merci d'avoir lu cet article et je vous dis à la prochaine ! 😙💕


mercredi 27 juin 2018

Tag - Les romans de notre enfance/adolescence





Allôa ! 😁

En ce retour de chaleur (happy or angry ? xD Dans mon cas, happy, mais pas vraiment pour la fin de semaine de la fête du Canada qui s'en vient :P ) , j'avais envie de m'amuser avec un tag. Jusqu'à présent, j'ai déjà vu des choses un peu similaire, ou des top 5, mais je n'ai jamais vu un tag de ce genre-là. J'ai donc décidé d'en créer des questions et voilà, j'espère qu'il plaira à certains 😊


Et ça se peut qu'il y ait une partie 2 futurement ! 😃
Alors bref, voici les questions :



1) Le meilleur roman ou la meilleure série de votre enfance.

J'étais plutôt le genre d'enfant qui aimait ses lectures toutes autant. Ils avaient pas mal tous la même égalité ! Mais la série que j'ai aimé le plus vers mes 10 ans, ce fut Les Schtroumpfs... Même s'il fallait que j'en prenne au moins 2 ou 3 avec un roman en plus parce que je les dévorais en temps de le dire hahaha.

2) Les romans WTF que vous aimiez malgré tout.

Les deux seuls qui me viennent en tête ;  il y a Un hiver de tourmente, que j'ai toujours appelé "Marie-Tempête", parce que je me rappelle que c'est le surnom du personnage xD, le deuxième : La pire année de ma vie, que depuis que je l'ai lu, je dis toujours (en joke) que c'est "Le pire livre de ma vie". Bon, je dis ça mais... le pire, c'est que je l'avais lu au complet (oui,oui), et que la seule affaire dont je me souvienne c'est que dans l'histoire, c'est un affaire d'esprit dans un tiroir d'une commode de linge... Fouillez-moi pourquoi j'avais visiblement pas trop détesté ce roman pour l'avoir finalement terminé, alors que d'habitude, j'abandonne un livre dès qu'il me plaît pas... Je.ne.sais.aucunement.pourquoi.  😂😂 Chose certaine : on s'en est débarrassé. 

3) Une collection ou un livre que vous recommanderiez aux plus jeunes.

Pour les enfants, je conseillerais :

 a) Noémie le secret
 b) Sarah-Lou, détective (très) privée (que j'ai d'ailleurs fais une chronique !)
 c) Les Schtroumpfs

Pour les adolescents, je conseillerais :

 a) Si vous aimez les romans d'été et d'amour avec une très belle histoire ; Des milliers d'étincelles
 b) Des séries comme La vie compliquée de Léa Olivier
 c) La série #Colocs
 d) Si vous êtes plus du type jeux vidéos ; la série Gamer
 e) Si vous voulez vous aventurer dans le monde fantastique et dans les plus gros romans ; la série Enchantement 

4) Un roman que vous avez lu dans vos débuts de secondaire et que vous relirez futurement.

Le fugueur, et Un hiver de tourmente.

5) La série que vous n'aviez pas lue jusqu'à la fin et vous que aimeriez continuer.

Des milliers d'étincelles qui a 2 suites que j'aimerais tant trouver en Epub !!!!! 😭😭😭💗💗💗 Noémie le secret et peut-être sorcière que j'ai relu le premier tome vla environ 1 ans ou 2, mais ça, je ne sais pas trop encore.

6) Un roman au secondaire que votre classe et vous aimiez.

Le fugueur !!! Je me souviens que lorsque ma prof de Français en secondaire 1 avait reçu les copies du deuxième tome et qu'elle avait ouvert la boîte en classe, tout le monde était content et en voulait une copie 😄. 

7) Un livre que vous aimiez étant enfant qui vous a marqué.

Oscar et la dame rose (j'ai capoté quand j'ai vu que MH la lectrice l'avait lu ! 😍). Il y en a d'autres, mais je les ai déjà cités plusieurs fois.

8) Le roman qui vous rappelle le plus votre enfance.

Je crois que je dirais encore Noémie le secret. 

9) Le roman qui vous rappelle le plus votre adolescence.

La série le journal d'Aurélie Laflamme.

10) Est-ce que vous reliriez ces romans cités plus haut, aujourd'hui ?

Oh oui ! C'est sûr ! Il y en a peut-être juste 2 que non. La seule chose, ça serait de trouver Le fugueur et Oscar et la dame rose en Epub, parce que sinon, ceux que je veux relire, je les ai déjà dans mon Ipod xD. 

11) Étiez-vous un enfant qui aimait la lecture, ou cette passion est arrivée plus tard ?

J'aimais la lecture, oui. Mais j'en lisais pas aussi souvent qu'aujourd'hui, et ma passion est arrivée dans mes dernières années d'enfance. Je ne saurais dire plus précisément quand, on en quelle année, mais je sais que c'était pas loin de mes 10 ans.

12) Montrez une photo de tous les romans que vous avez lu dans votre jeunesse/adolescence ou citez-les.




                   














Et voilà pour la partie 1 du tag 😄! Un gros merci à Annabelle de m'avoir aidée pour les dernières questions 😘



Merci d'avoir lu cet article et à la prochaine ! Et pour l'instant, je vous souhaite d'agréables moments de lecture 😋